Deal de rue : le Grand Conseil fait deux pas importants. Deux propositions du PLR Vaud ont été acceptées, malgré des partis de gauche favorables aux dealers.

Deux interventions déposées par le PLR Vaud ont été discutées ce matin au Grand Conseil : l’initiative « Révision de la LFStup : Pour des peines privatives de liberté en cas de trafic dans l’espace public » et la motion pour augmenter la prévention du deal de stupéfiants dans le milieu scolaire. Si la première intervention, transformée en postulat, a été acceptée haut la main, l’initiative a été adoptée à une très courte majorité, grâce à la voix prépondérante du président.

Lausanne, le 8 octobre 2019

Communiqué de presse

 

 

La gauche parlementaire minimise le fléau que représente le trafic de drogues, qui nécessite pourtant des mesures concrètes et dissuasives. Elle préfère que les dealers arrêtés soient relâchés et tournent autour des écoles. C’est ce que retiendra le PLR Vaud à l’issue des débats de ce matin, qui ont porté surl’initiative pour réviser la LFStup, déposée par le PLR en 2018. Cette dernière demande au canton d’exercer son droit d’initiative cantonale auprès de l’Assemblée fédérale afin de modifier la LFStup (loi fédérale sur les stupéfiants et les substances psychotropes) dans le sens d’un durcissement. En effet, en lieu et place d’une peine pécuniaire, qui est une mesure insuffisamment dissuasive, l’initiative PLR demande qu’un dealer soit puni d’une peine privative de liberté si le trafic de stupéfiants a lieu dans l’espace public.

 

C’est à une voix près, celle du président UDC du Parlement, que l’initiative PLR a été renvoyée au Conseil d’État. C’est que le débat a été vif ce matin en plénum. Les partisans du texte (le centre droite de l’hémicycle) et ses opposants (la gauche parlementaire) ne sont pas tombés d’accord sur les moyens à mettre en œuvre pour maîtriser le deal de drogue : entre répression et laisser-aller. Dans le cadre des débats, le Groupe PLR a rappelé que le deal de drogue est un fléau et non une fatalité, comme a pu le laisser entendre un député des Verts, pour qui une société sans drogue n’existe pas. Ce n’est pas l’avis du PLR Vaud, pour qui il est exclu de laisser des dealers vendre des drogues à proximité des écoles ou des places de jeux. La gravité de la situation n’apparait pas aux yeux de la gauche, qui va jusqu’à comparer la lutte contre le deal de drogue à celle menée contre les chauffards. Par ailleurs, la Conseillère d’État en charge du dossier a semblé peu impliquée dans le débat, se cantonnant à citer des avis indéterminés de la « chaîne pénale ».

 

Pour le PLR, la prévention et la sensibilisation sont également capitales. C’est pourquoi il avait déposé, via le député Guy Gaudard, une motion visant une meilleure prévention en milieu scolaire. Transformée en postulat, cette proposition a d’ailleurs été acceptée par le Grand Conseil ce matin. Le Conseil d’État devra ainsi réfléchir à des mesures efficaces destinées à la jeunesse, afin de sensibiliser cette dernière au risque des drogues.

Contacts :

Marc-Olivier Buffat, président du PLR Vaud, 079 252 78 20

Grégory Devaud, député PLR Vaud, 079 641 64 37

Guy Gaudard, député PLR Vaud, 079 447 30 25

Carole Dubois, cheffe du Groupe PLR au Grand Conseil, 079 602 83 36

Laurine Jobin, secrétaire générale du PLR Vaud, 079 936 71 65